Floradix Fer et plantes Salus 250 ml

209 DIE COM NAT

Nouveau produit

Si vous n’avez pas assez de fer et pour retrouver votre énergie, prenez notre complément alimentaire plein de fer facilement assimilable, notre Floradix Fer et plantes en bouteille de 250 ml, de notre fournisseur Salus.

Plus de détails

1 Article

En stock

Attention : dernières pièces disponibles !

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus

10,40 €

Prix TTC

+ Frais de port

41,60 € par litre

En savoir plus

Ce produit Floradix contient principalement de la racine de carotte, de la feuille d’ortie, du rhizome de chiendent, du fruit de fenouil, du thalle d’algue brune et de la fleur d’hibiscus.

Ce complément alimentaire est riche en fer organique sous forme de gluconate de fer qui est très assimilable par le corps. La vitamine C rajoutée à ce produit permet une meilleure absorption du fer.

Racine de carotte (Daucus carota)

Richard Gardiner de Shrewsbury, jardinier de son état, dans son manuel d’horticulture de 1603, nous vantait déjà les mérites de la carotte en des termes louangeux :

« Dans vos jardins semez-y des carottes et dites merci avec humilité au Seigneur de les avoir créées, parce qu’elles sont une vraie bénédiction venue du Ciel ».

Que nous dit-on dans cette étude américaine de 1993 :

Á Harvard (classée meilleure université médicale au monde), aux U.S.A., on lançait une grande étude auprès de 87 000 infirmières et ceci durant 8 ans. C’est la « Nurses’ Health Study », en 1993.

Voici ce qu’on a découvert : la carotte réduit les risques d’accident vasculaire cérébral (AVC).

Chez les infirmières qui mangeaient 5 carottes pas semaine, les AVC chutaient de 68 % par rapport à une infirmière qui ne mangeait qu’une carotte par semaine ou pas du tout.

Une étude pilotée par le Dr. et professeur JoAnn Elisabeth Manson (1953-).

Comment cela fonctionne-t-il pour arriver à ce résultat ?

Le carotène contenu dans la carotte ne permet pas au cholestérol de se muter en un composé toxique qui devrait se mettre dans les artères pour former un bouchon avec les plaquettes sanguines agglutinées.

Que nous dit le docteur Richard Shekelle de l’université du Minnesota aux U.S.A. : consommer du bêta-carotène protège du cancer du poumon pour ceux qui fument dans une fourchette de 40 à 70 %.

Une autre Université, celle de l’Etat de New York à Buffalo (fondée en 1846) préconise 2 carottes crues par semaine pour pouvoir réduire de 60 % la vulnérabilité au cancer du poumon !

Feuille d’ortie (Urtica dioica)

L’ortie, de la famille des Urticacées (700 espèces) est la plante verte la plus riche en protéines (près de 40 %).

Nous pensons tous que les protéines ne sont que dans la viande ou les œufs. Bien sûr, vous en trouverez de 15 à 32 %, ce qui est honorable. Cependant, vous aurez d’un côté des protéines à partir des viandes mais vous aurez aussi des graisses saturées qui peuvent être source d’ennuis (comme les AVC).

Et écologiquement ?

Il faut 5 kg de protéines végétales que l’on pourrait utiliser nous, pour en fin de cycle, 1 kg de protéines animales comme le poulet. Pour le bœuf, il faudra 18 kg de protéines végétales pour faire 1 kg de protéines de bœuf.

Les feuilles d’ortie ont donc un grand rôle à jouer.

Que peut-elle faire d’exceptionnelle :

- Elle est galactogène, c’est à dire que pour les jeunes mères, elle va accélérer la lactation.

- Depuis longtemps, on cherchait un remède naturel contre l’énurésie des jeunes enfants. Avec les jeunes pousses d’ortie, fini le pipi au lit. Voilà un secret longtemps caché mais transmis de mère à mère sur des générations.

- En plus, l’ortie va lutter contre les infections ORL qui souvent s’enchaînent chez les jeunes enfants.

Vous qui avez rejeté l’ortie, vous qui avez eu du dédain envers elle en pensant que ce n’était qu’une mauvaise herbe, voilà qu’elle pourrait faire de la soupe, des tisanes ou rentrer dans la composition des salades.

Et en plus qu’apporte-t-elle :

- Acide gallique.

- Acide formique.

- Sérotonine.

- Flavonoïdes.

- Acétylcholine.

- Avec sa chlorophylle, elle s’apparente avec l’hémoglobine du sang, de quoi vous reconstituer une santé naturelle à un coût minimaliste.

Que nous dit en 1948, Paul-Victor Fournier (1877-1964) qui était à la fois botaniste et chanoine :

« L’ortie est antidiabétique ».

Voilà une très bonne nouvelle, encore fallait-il retourner au « Fournier » de 1948, cette encyclopédie parue à Paris chez Lechevalier sous le titre « Le livre des plantes médicinales et vénéneuses de France ». Une bible des plantes médicinales qui vient d’être rééditée chez Omnibus en octobre 2010 à moins de 40 Euros. C’est Clotilde Boisvert, ethnobotaniste qui préface cet ouvrage.

Et vous vouliez détruire cette ortie à coup de désherbant.

Eh non ! Pourquoi donc ?

Le chimiste et agronome allemand basé aux U.S.A., Ehrenfried Pfeiffer (1899-1961), a démontré que les orties avoisinant vos herbes médicinales, stimulaient ces dernières. C’est grâce à la cristallisation sensible qu’il a pu prouver cela.

Rhizome de chiendent (Agropyron repens)

Le chiendent officinal ou Agropyron repens qui se décline aussi en Elymus repens ou en Elytrigia repens, est une plante herbacée de la famille des Poacées.

C’est bien le monde paysan qui craint cette soi-disant mauvaise herbe qui prolifère dans les champs cultivés que le terrain soit riche ou pauvre, caillouteux ou pas. Une graminée honnie.

Mais c’est aussi une plante médicinale que l’on retrouve sur le Retable d’Issenheim (1512-1516), exposé au Musée d’Unterlinden (1853) à Colmar, et peint par Mathias Grünewald (1475-1528).

Gerard Van Swieten (1700-1772) scientifique et médecin hollandais, a même guéri une jaunisse en utilisant de l’herbe de chiendent à laquelle il a adjoint d’autres plantes sauvages.

Jacques Dubois (1478-1555), anatomiste et médecin français dit Sylvius Jacobus, et François-Pierre Chaumeton (1775-1819), chirurgien militaire puis pharmacien puis docteur en médecine à Strasbourg en 1805, ont sauvé de nombreuses bêtes malades dans les fermes avec le chiendent.

Le naturaliste hollandais Herman Boerhaave (1668-1738) va lutter avec le chiendent contre les engorgements du foie, contre la phtisie pulmonaire sous le nom de sirop de Boerhaave.

Dans le livre « Tisanes et Santé. Mes breuvages de grand-mères », le docteur Henry Puget (et Régine Teyssot) nous précisent le chiendent comme lutte contre la cellulite.

Et encore aujourd’hui, le chiendent va lutter contre :

- Jaunisse (avec de la racine de pissenlit).

- Rhumatismes.

- Cellulite et mauvaise digestion.

- Goutte et œdèmes.

- Rétention d’urine et rétention d’eau.

- Bronchite

- Adénome prostatique.

- Eczéma (avec de la racine de saponaire).

On se rappellera tous de cette histoire véridique contée et vécue par l’herboriste et phytothérapeute Maurice Mességué (1921-) qui soignait de grands noms comme Jean Cocteau, Winston Churchill, Edouard Herriot, Mistinguett. Histoire contée dans son livre « C’est la nature qui a raison » paru chez Robert Laffont en 1972 :

« Je me souviens qu’autrefois un homme qui était garagiste à Fleurance était venu voir mon père à cause d’un calcul de la vessie. Cet homme se tordait de douleur. J’étais impressionné. Mon père lui a fait prendre sur le champ une forte tisane de chiendent et de menthe. Nous avions toujours l’une et l’autre herbe en permanence à la maison. Les bouquets de racines étaient pendus au plafond comme les bouquets d’herbes. Bientôt cet homme s’est calmé. Il a évacué son calcul. Et son fils qui était à l’école avec moi me racontait ensuite que son père prenait toujours fidèlement sa tisane de chiendent et de menthe tous les matins, pendant des années ».

Ingrédients

Composition : Extrait aqueux de plantes (54 %) de racine de carotte (Daucus carota), feuille d'ortie (Urtica dioica), feuille d'épinard (Spinacia oleracea), rhizome de chiendent (Agropyron repens), fruit de fenouil (Foeniculum vulgare), thalle d'algue brune (Macrocystis pyrifera), fleur d'hibiscus (Hibiscus sabdariffa). Mélange de jus de fruits concentrés (29,4 %) de : poire, raisin, jus de cassis, eau, mûre, cerise, orange, betterave rouge, citron, extrait de caroube, pomme. Extrait aqueux de levure, miel, extrait aqueux de cynorrhodon (Rosa canina) à 4 % de vitamine C, fer (gluconate de fer), extrait de germe de blé, vitamine C (acide L-ascorbique), arômes naturels, vitamine B1 (chlorhydrate de thiamine), vitamine B2 (riboflavine phosphate sodique), vitamine B6 (chlorhydrate de pyridoxine), vitamine B12 (cyanocobalamine).

Ce produit est sans colorant, conservateur chimique, sans arôme artificiel, sans alcool et sans lactose.

Analyse nutritionnelle moyenne :

pour 10 mlpour 15 ml
Valeur énergétique34 kJ / 8 kcal50,4 kJ / 12 kcal
Protéines< 0,1 g< 0,15 g
Glucides1,9 g2,8 g
Lipides< 0,1 g< 0,15 g
pour 10 ml% VNR*pour 15 ml% VNR*
Fer7,5 mg5411,25 mg80
Vitamine B10,8 mg731,20 mg109
Vitamine B20,9 mg641,35 mg96
Vitamine B60,4 mg290,60 mg43
Vitamine B120,6 µg240,90 µg36
Vitamine C13 mg1619,5 mg24


*VNR : Valeur Nutritionnelle de Référence dans l’Union Européenne.

Conseils d’utilisation

La dose conseillée pour les adultes et les enfants à partir de 12 ans, est de 7,5 ml deux fois par jour environ 30 minutes avant le petit déjeuner et le dîner. Donc au total 15 ml par jour.

Pour les enfants entre 6 à 12 ans, la dose est de 10 ml par jour.

Pour les enfants entre 3 et 5 ans, la dose est de 5 ml par jour.

Un gobelet doseur est fourni avec notre complément alimentaire pour bien effectuer le dosage du produit.

Il faut bien agiter la bouteille avant de s’en servir.

Ce produit est à tenir hors de portée des jeunes enfants.

Ce produit n’est pas un médicament mais un complément alimentaire.

Respectez les doses conseillées, demandez un avis à votre médecin notamment pour les femmes enceintes ou allaitantes et ce complément ne se substitue pas à une alimentation variée.

Conditionnement

Notre complément alimentaire vous est fourni dans un flacon de 250 ml net.

Ce produit doit être conservé au frais et à l’abri de la lumière.

La bouteille doit être conservée debout au réfrigérateur après ouverture, et il est préférable de consommer le produit dans les 4 semaines après ouverture.

La bouteille doit également être rebouchée immédiatement après chaque utilisation pour éviter une fermentation du produit.

Fabricant

Le code barre (Gencod) de produit est : 4004148057076.

Le fabricant de notre complément alimentaire Floradix Fer et plantes en bouteille de 250 ml est l’entreprise Salus Haus située en Allemagne.

Le distributeur des produits Salus pour la France est l’entreprise Pur Aliment S.A.R.L. située en Alsace, dans le Bas-Rhin à Ostwald.

Avis

Donnez votre avis
Floradix Fer et plantes Salus 250 ml

Floradix Fer et plantes Salus 250 ml

Si vous n’avez pas assez de fer et pour retrouver votre énergie, prenez notre complément alimentaire plein de fer facilement assimilable, notre Floradix Fer et plantes en bouteille de 250 ml, de notre fournisseur Salus.

Mr Birsinger Stéphane, responsable de traitement, collecte vos données personnelles sur ce formulaire pour traiter votre avis sur ce produit, ce qui ne sera pas possible si vous ne fournissez pas les renseignements demandés. Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de mise à jour et d’effacement des données vous concernant. Pour plus de détails consultez la page de notre politique de protection des données

30 autres produits dans la même catégorie :